Au Japon, une entreprise vante ses biscuits pour chiens à base de baleine
Alexandre Shields - Le Devoir - Soumis le 31 Mai 2013, 09:47


Une entreprise japonaise a eu l’idée de vendre des biscuits pour chiens fabriqués avec de la viande de rorqual commun, une espèce de baleine menacée de disparition.

Sur son site web, Michinoku Farm vante ses biscuits en précisant que cette viande est bonne pour la santé des chiens, car elle est «basse en calorie, pauvre en graisse, et riche en protéines». L’entreprise propose ainsi ses biscuits destinés à une clientèle fortunée à 37$ les 500 grammes. On peut aussi acheter un sachet de 60 grammes.

«Les chiens sont comme des membres de la famille pour plusieurs personnes au Japon. Nous voulions simplement vendre une plus grande variété de nourriture pour chiens», s’est défendu le président Michinoku Farm, Takuma Konno. «[Les écologistes] considèrent que les baleines sont des animaux importants, mais nous considérons que les chiens sont aussi importants», a-t-il ajouté. M. Konno a toutefois dit songer à retirer le produit de la vente.

Pour le groupe Ikan, l’une des associations japonaises qui est tombée sur cette publicité et a révélé l’histoire, c’est le summum de l’abomination: «la raison la plus probable pour que des boutiques vendent de tels biscuits, c’est viser une clientèle friquée qui veut uniquement montrer son argent en achetant ça», a expliqué mardi à l’Agence France-Presse Nanami Kurasawa, responsable de cette organisation.

«Chasse commerciale»

Il faut dire que ces gâteries destinées aux chiens sont faites à base de chair de rorqual commun d’Atlantique Nord. Cette viande provient d’animaux mis à mort par les baleiniers islandais. L’Islande est en effet, avec la Norvège, le seul pays à pratiquer ouvertement une chasse «commerciale» à la baleine. Le pays rejette le moratoire mis en place par la Commission baleinière internationale depuis 1986. L’Islande considère qu’elle mène une chasse légale et durable, basée sur des données scientifiques.

Après deux années d’interruption, le pays a d’ailleurs annoncé récemment qu’elle lancera en juin une nouvelle campagne de chasse. Deux navires doivent lever l’ancre pour aller harponner un total de 154 rorquals communs, une espèce considérée comme menacée de disparition.

Les animaux abattus seront essentiellement exportés au Japon. La demande pour la viande de baleine a fortement diminué au cours des dernières décennies dans ce pays. Tokyo ne ménage d’ailleurs pas les efforts pour tenter de stimuler la demande, puisque le pays est pris avec d’importants stocks de viande invendus. « C’est une longue tradition historique. Nous n’avons jamais dit que tout le monde devait manger de la baleine. Nous avons cette culture et vous ne l’avez pas », soulignait en février dernier le ministre japonais de l’Agriculture et de la Pêche, Yoshimasa Hayashi.

Espèce «en péril»

Les spécialistes des rorquals communs estiment que les évaluations de la population de l’Atlantique Nord sont trop imprécises pour permettre de déterminer le nombre d’individus. Ils seraient, au mieux, quelques milliers. Au Canada, le deuxième plus animal de la planète est inscrit sur la liste des espèces «en péril». Une partie de cette population passe en effet plusieurs mois par année dans les eaux du Saint-Laurent. Certains individus, qui peuvent atteindre près de 25 mètres, sont observés depuis plus de 20 ans.

C’est essentiellement la chasse intensive menée au 20e siècle qui a fait disparaître une bonne partie de l’espèce. Les rorquals communs sont aujourd’hui confrontés à plusieurs menaces, dont la principale est la pollution sonore causée par la navigation, l’exploration sismique, le sonar militaire et le développement industriel.

Le Japon et l’Australie doivent par ailleurs croiser le fer en juin et juillet devant la Cour internationale de Justice, qui a en effet accepté d’entendre la plainte déposée par l’Australie en raison du programme de chasse mené par Tokyo. Canberra, opposée depuis plusieurs années à la chasse pratiquée par le Japon, a déposé une plainte officielle en mai 2010, après avoir tenté de négocier une réduction progressive des prises annuelles dans les eaux ceinturant l’Antarctique. L’objectif avoué de l’Australie est de mettre fin au programme de chasse japonais.

Les autorités japonaises font valoir que la chasse à la baleine est bel et bien « scientifique ». « Le but des recherches du Japon est scientifique, car c’est grâce à la science que, lorsque la pêche commerciale sera de nouveau autorisée, elle sera respectueuse du développement durable », réitérait récemment l’Institut japonais de recherche sur les cétacés.
Avec l’Agence France-Presse

Source: http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/379251/au-japon-une-e...
Soumis par: Stéphane
Catégorie: Faune et flore
Lectures: 984




Lien vers cette nouvelle: http://nouvelles.kayakdemer.net/?fct=vn&no=362

M'abonner aux nouvelles via RSS 2.0
Qu'est-ce que le RSS ?

Qu'est-ce que le RSS

Le RSS est l'acronyme de Really Simple Syndication et signifie en français « souscription vraiment simple ». Il est une variante du langage de programmation XML et permet aux internautes de s'inscrire à un ou plusieurs fils de syndication à l'aide d'un agrégateur. Ce système vous permet de retrouver en un seul lieu, dans votre agrégateur, tout le contenu qui vous intéresse, peu importe sa provenance. Ainsi, il vous est possible de consulter rapidement tout le contenu de votre choix sans pour cela devoir naviguer de site en site. Le flux RSS est généré régulièrement pour vous permettre d'être à jour dans les sujets qui vous intéressent.

Comment utiliser le RSS?

Le format RSS ne peut être interprété que par un agrégateur de contenu (rss aggregator, news reader ou news feeder). Il s'agit d'un logiciel que vous installez sur votre ordinateur et qui recueille automatiquement les dernieres nouvelles du monde du Kayak de Mer en format RSS.

À la suite d'une requête du logiciel sur l'internet, les nouvelles se retrouveront localement sur votre ordinateur. Il existe également bon nombre d'agrégateurs web qui vous offrent une gestion virtuelle à l'intérieur d'un compte utilisateur. Plusieurs agrégateurs sont offerts gratuitement sur l'internet, vous n'avez qu'à inscrire « rss aggregator », « news reader » ou « news feeder » dans votre moteur de recherche favori pour trouver l'agrégateur qui vous convient. Voici quelques exemples d'agrégateurs. Comme le résultat varie en fonction du système d'exploitation utilisé, renseignez-vous avant de choisir un lecteur.

Quel agrégateur puis-je utiliser?

Pour plus d'information à ce sujet, veuillez consulter Wikipédia à http://fr.wikipedia.org/wiki/Agrégateur.

Comment obtenir les fils RSS des Nouvelles du Kayak de Mer dans le Nouveau Monde?

Vous devez tout d'abord installer un agrégateur sur votre ordinateur ou créer un compte à l'intérieur d'un agrégateur web. Pour recevoir le fil du blogue de KMNM, cliquez sur l'icône pour vous inscrire au fil en utilisant votre navigateur, iGoogle, MyYahoo ou Netvibes ou, pour utiliser un autre service de lecture de feed RSS, cliquez sur le lien ci-dessous avec le bouton droit de vous souris, sélectionnez « Copier » dans le menu et ensuite collez (en cliquant sur « Coller » dans le menu) le lien dans l'agrégateur que vous aurez choisi. Les utilisateurs Macintosh, quant à eux, doivent faire « ctrl+clic » et choisir « Copier le lien ».

Après avoir autorisé l'inscription, vous n'aurez qu'à consulter votre agrégateur pour lire les dernieres nouvelles du Monde du Kayak de mer.

Quelle est la différence entre les fils de nouvelles RSS et la baladodiffusion?

Le fil RSS n'envoie que des contenus texte alors qu'il est possible d'obtenir des contenus audio et vidéo en baladodiffusion.