Un clic et un don pour faire ramer Mylène Paquette sur l'Atlantique
Antoine Stab - Espaces - Soumis le 31 Mai 2013, 08:44

À partir du 15 juin, Mylène Paquette va traverser, à la rame et en solitaire, l’océan Atlantique. Un défi de 5 000 km entre Halifax et Lorient, en France pour un projet qui lui a demandé plus de 3 ans de préparation. Mais, en plus de ce challenge sportif, elle doit aussi surmonter un autre défi tout aussi relevé : trouver 45 000 dollars pour boucler son budget. Elle mène donc activement une campagne de financement participatif sur internet via la plateforme Fundo.ca. Entrevue avec cette navigatrice qui ne manque pas d’idées pour bien mener sa barque.

Pourquoi faire appel aux dons des internautes pour financer votre expédition ?
C’est un concours de circonstances. Cela fait plus de 3 ans que je prépare cette traversée, mais il me manquait toujours des fonds pour boucler mon budget. J’ai rencontré les personnes de Fundo.ca qui m’ont conseillé d’utiliser le financement participatif. J’avais déjà fait appel à la foule et j’avais pu récolter 5 000 $. Alors, pourquoi ne pas le faire grâce à Internet ?

Quels sont vos besoins à moins d’un mois du départ ?
Les 45 000 dollars que j’espère récolter vont me servir à couvrir tout un tas de dépenses. La liste complète est en ligne sur la page de présentation du projet. Ce sont essentiellement des factures à payer, pour de l’équipement, l’éolienne, le téléphone satellite… Tout coûte cher. Rien que l’assurance, c’est 6 500 $ ! Mais beaucoup de gens, de fournisseurs et d’équipements me font confiance. Ils ont compris que je n’étais pas conventionnel.

Si je n’atteins pas l’objectif des 45 000 $, je partirai quand même, mais cela va compliquer mon avenir. J’ai investi entre 92 000 et 100 000 dollars. Certaines personnes m’ont prêté de l’argent. Ce projet m’a demandé beaucoup de sacrifices. J’ai connu des périodes difficiles, ou je n’étais même pas capable de payer l’épicerie ou un ticket de bus pour aller voir sa mère. Mais je ne me plains pas car je l’ai choisi.

Quels seront les « retours sur investissements » pour les donateurs?
Cela dépend du montant qu’ils auront donné. Cela va du remerciement sur le site internet, à la gourde à l’effigie de la traversée, votre nom sur le bateau, un appel en direct de l’océan. Enfin, pour ceux qui auront donné 250 $, 50 petits canards vont m’accompagner à bord, pendant la traversée, un par donateur. Beaucoup de gens voulaient que j’emporte des objets porte-bonheur, des grigris, mais je n’avais pas forcément de place pour tout emmener. Alors, j’ai eu l’idée de ces canards, pour avoir un objet concret de leur implication dans l’aventure.

« Trouver des commanditaires est plus difficile que de traverser l’Atlantique ! »

Outre l’aspect financier, qu’est-ce que vous apporte cette campagne?
C’est une incroyable source de motivation. Voir que plus de 200 personnes ont pris part à la campagne de financement, c’est fascinant ! Cela me donne la force de continuer, de communiquer davantage sur cette traversée. C’est un bon prétexte pour la partager au grand public.

Grâce au financement participatif, j’ai récolté, en un mois, plus d’argent de particuliers, qu’en trois ans de démarchage auprès des entreprises. Cela prouve que dans ce genre de cas, ce n’est pas les commanditaires traditionnels, les entreprises, qui vont rendre possible mon voyage, mais bien ces gens qui ont donné de l’argent sur Fundo.

Vous avez quand même réussi à embarquer des entreprises dans votre projet.
Oui, des commanditaires comme Cushe ou Bio-K+. Certains se sont d’ailleurs mobilisés davantage, après le lancement de ma campagne de financement participatif. Ils ont augmenté leur implication en me redonnant de l’argent, certainement encore plus par ma motivation. Trouver des commanditaires est ce qu’il y a de plus compliqué, plus difficile encore que traverser l’Atlantique à la rame en solo.

Ce mode de financement est encore marginal dans les expéditions. Est-ce une solution d’avenir ?
J’en suis convaincu. Ce n’est pas juste un effet de mode. C’est un moyen pour fédérer le grand public autour d’un projet. Je pense qu’à l’avenir, certaines expéditions ou aventures pourront être financées à 100% par le public sur internet. Surtout qu’au Québec, la commandite n’est pas encore ancrée dans nos valeurs sociales. C’est même frustrant de voir que les entreprises dépensent des fortunes pour les spots de publicité, mais hésitent ou refusent de s’impliquer dans de tels projets. C’est pourtant moins cher et cela amène une meilleure visibilité, plus positive.

Encore plus
Son site internet pour suivre sa traversée de l’Atlantique : mylenepaquette.com

Pour lui donner un coup de main et l'aider à financer son projet : fundo.ca

Crédit photos : Patrick Mével (patrickmevel.com), autorisation spéciale.

Plus d'info à: https://fundo.ca/fr/projects/83


Source: http://www.espaces.ca/blogue/actualite/171-un-clic-et-un-don-pour-faire-ramer-mylene-paque...
Soumis par: Stéphane
Catégorie: Actualités
Lectures: 1124




Lien vers cette nouvelle: http://nouvelles.kayakdemer.net/?fct=vn&no=361

M'abonner aux nouvelles via RSS 2.0
Qu'est-ce que le RSS ?

Qu'est-ce que le RSS

Le RSS est l'acronyme de Really Simple Syndication et signifie en français « souscription vraiment simple ». Il est une variante du langage de programmation XML et permet aux internautes de s'inscrire à un ou plusieurs fils de syndication à l'aide d'un agrégateur. Ce système vous permet de retrouver en un seul lieu, dans votre agrégateur, tout le contenu qui vous intéresse, peu importe sa provenance. Ainsi, il vous est possible de consulter rapidement tout le contenu de votre choix sans pour cela devoir naviguer de site en site. Le flux RSS est généré régulièrement pour vous permettre d'être à jour dans les sujets qui vous intéressent.

Comment utiliser le RSS?

Le format RSS ne peut être interprété que par un agrégateur de contenu (rss aggregator, news reader ou news feeder). Il s'agit d'un logiciel que vous installez sur votre ordinateur et qui recueille automatiquement les dernieres nouvelles du monde du Kayak de Mer en format RSS.

À la suite d'une requête du logiciel sur l'internet, les nouvelles se retrouveront localement sur votre ordinateur. Il existe également bon nombre d'agrégateurs web qui vous offrent une gestion virtuelle à l'intérieur d'un compte utilisateur. Plusieurs agrégateurs sont offerts gratuitement sur l'internet, vous n'avez qu'à inscrire « rss aggregator », « news reader » ou « news feeder » dans votre moteur de recherche favori pour trouver l'agrégateur qui vous convient. Voici quelques exemples d'agrégateurs. Comme le résultat varie en fonction du système d'exploitation utilisé, renseignez-vous avant de choisir un lecteur.

Quel agrégateur puis-je utiliser?

Pour plus d'information à ce sujet, veuillez consulter Wikipédia à http://fr.wikipedia.org/wiki/Agrégateur.

Comment obtenir les fils RSS des Nouvelles du Kayak de Mer dans le Nouveau Monde?

Vous devez tout d'abord installer un agrégateur sur votre ordinateur ou créer un compte à l'intérieur d'un agrégateur web. Pour recevoir le fil du blogue de KMNM, cliquez sur l'icône pour vous inscrire au fil en utilisant votre navigateur, iGoogle, MyYahoo ou Netvibes ou, pour utiliser un autre service de lecture de feed RSS, cliquez sur le lien ci-dessous avec le bouton droit de vous souris, sélectionnez « Copier » dans le menu et ensuite collez (en cliquant sur « Coller » dans le menu) le lien dans l'agrégateur que vous aurez choisi. Les utilisateurs Macintosh, quant à eux, doivent faire « ctrl+clic » et choisir « Copier le lien ».

Après avoir autorisé l'inscription, vous n'aurez qu'à consulter votre agrégateur pour lire les dernieres nouvelles du Monde du Kayak de mer.

Quelle est la différence entre les fils de nouvelles RSS et la baladodiffusion?

Le fil RSS n'envoie que des contenus texte alors qu'il est possible d'obtenir des contenus audio et vidéo en baladodiffusion.