Rêve de glace : le passage du Nord-Ouest en kayak de mer
Antoine Stab - Soumis le 6 Mars 2013, 22:36


Le 15 juillet prochain, deux explorateurs québécois, Sébastien Lapierre et Olivier Giasson, se lanceront à l’assaut du mythique passage du Nord-Ouest en kayak de mer. Un défi inédit de 3500 km, entre Tuktoyaktuk et Igloolik, qu’ils espèrent réaliser en moins de 80 jours, mais qui n’effraie pas ces deux amoureux du froid arctique, après leur traversée du Groenland en ski de fond, en 2010. Sébastien Lapierre nous parle de cette expédition, Rêve de glace 2013, qui se veut aussi un coup de projecteur sur les effets du dérèglement climatique et son impact sur les communautés Inuites.

Comment vous est venue l’idée de cette expédition ?

Olivier Giasson et moi sommes des amateurs de l’hiver et de l’Arctique. En revenant de notre expédition de 2010 au Groenland, on avait déjà l’envie de repartir. Mais où ? Après réflexion, on s’est dit que, quitte à retenter une expédition, autant le faire au Canada. On a entendu parler du passage du Nord-Ouest aux actualités. Après une étude de faisabilité, on s’est décidé à s’y aventurer cet été, en kayak de mer. Certains l’ont déjà emprunté en bateau, mais jamais en kayak. Ça va être une première mondiale !

Serez-vous en autonomie totale durant le voyage ?

Nous serons que deux à y prendre part. Nous allons transporter notre matériel. Nous ne pourrons pas emporter des tonnes d’équipements en kayak. On a prévu de se ravitailler dans dans 5 villages (Paulatuk, kugluktuk, Cambridge Bay, Gjoa Heaven et Taloyoak), en nourriture et en carburant pour le réchaud, pour pouvoir tenir les 80 jours. Tout est planifié avant notre départ. On a étudié les cartes topographiques pour déterminer où passer la nuit sur la rive et trouver de l’eau douce. Ce volet logistique et préparatoire est aussi intéressant que le voyage en lui-même.

Quel en est le but ?

Outre le défi sportif évident, on veut apporter un regard direct, un éclairage sur les communautés inuites du Canada, leur mode de vie, la façon dont le réchauffement climatique et le Plan Nord les affectent. Ils sont trop souvent oubliés des considérations politiques, économiques et médiatiques. On veut également appuyer le fait que cette expédition est possible par la libération des glaces de l’Arctique, un peu plus chaque année. Tout est dit et son contraire sur le changement climatique, mais on en observe un effet concret sur cette zone du monde si fragile.

À quels types de défis allez-vous devoir faire face ?

Embarquer dans ce genre d’aventure demande de l’imagination pour faire face à toutes sortes de problématiques et d’imprévues. Cela nécessite des connaissances de base sur l’équipement, la survie… Mais on a déjà identifié plusieurs difficultés qui vous se poser. D’abord climatiques. On va devoir gérer notre progression en fonction de la fonte estivale du couvert de glace. Il va falloir trouver le timing parfait : ne pas aller trop vite pour ne pas devoir attendre, ne pas aller trop lentement pour être pris dans les glaces. Nous naviguerons au royaume de l’ours polaire. Et comme cela va être impossible de faire des tours de garde la nuit, il est indispensable de quoi s’équiper pour se prévenir d’eux : détecteurs, armes à feu…

A contrario, quels sont vos espoirs, vos attentes, vos rêves pour cette aventure ?

Dans l’Arctique, il existe une faune quasi « mythique », comme le narval, ou « licorne des mers », un animal fascinant mais très peu observé. En apercevoir un, ça serait au-delà de toute espérance. Si je veux être plus réaliste, je dirais que je suis impatient d’admirer les paysages uniques au monde, les couchers de soleil, cette visibilité incroyable propre à cette région et où je m’y sens bien. C’est aussi pour cette raison que l’on part là-bas, pour y vivre ce plaisir égoïste d’être les seuls au monde à contempler cette nature.

Pour dépasser ce « plaisir égoïste », quelle suite allez-vous en donner ?

On a deux projets de films. D’abord sous la forme d’une web série, plusieurs capsules vidéo sur l’équipement, le paysage, la nourriture… Cela va permettre aux internautes, qui pourront aussi voir notre progression sur la carte du site, de nous suivre au quotidien. À notre retour, on veut réaliser un documentaire à partir des images que l’on aura tournée dans les communautés inuites et pourquoi le projeter dans des festivals de films d’aventure.



Plus d'info à: http://www.revedeglace.ca/


Source: http://www.espaces.ca/blogue/actualite/140-reve-de-glace-le-passage-du-nord-ouest-en-kayak...
Soumis par: Stéphane
Catégorie: Aventures
Lectures: 891




Lien vers cette nouvelle: http://nouvelles.kayakdemer.net/?fct=vn&no=315

M'abonner aux nouvelles via RSS 2.0
Qu'est-ce que le RSS ?

Qu'est-ce que le RSS

Le RSS est l'acronyme de Really Simple Syndication et signifie en français « souscription vraiment simple ». Il est une variante du langage de programmation XML et permet aux internautes de s'inscrire à un ou plusieurs fils de syndication à l'aide d'un agrégateur. Ce système vous permet de retrouver en un seul lieu, dans votre agrégateur, tout le contenu qui vous intéresse, peu importe sa provenance. Ainsi, il vous est possible de consulter rapidement tout le contenu de votre choix sans pour cela devoir naviguer de site en site. Le flux RSS est généré régulièrement pour vous permettre d'être à jour dans les sujets qui vous intéressent.

Comment utiliser le RSS?

Le format RSS ne peut être interprété que par un agrégateur de contenu (rss aggregator, news reader ou news feeder). Il s'agit d'un logiciel que vous installez sur votre ordinateur et qui recueille automatiquement les dernieres nouvelles du monde du Kayak de Mer en format RSS.

À la suite d'une requête du logiciel sur l'internet, les nouvelles se retrouveront localement sur votre ordinateur. Il existe également bon nombre d'agrégateurs web qui vous offrent une gestion virtuelle à l'intérieur d'un compte utilisateur. Plusieurs agrégateurs sont offerts gratuitement sur l'internet, vous n'avez qu'à inscrire « rss aggregator », « news reader » ou « news feeder » dans votre moteur de recherche favori pour trouver l'agrégateur qui vous convient. Voici quelques exemples d'agrégateurs. Comme le résultat varie en fonction du système d'exploitation utilisé, renseignez-vous avant de choisir un lecteur.

Quel agrégateur puis-je utiliser?

Pour plus d'information à ce sujet, veuillez consulter Wikipédia à http://fr.wikipedia.org/wiki/Agrégateur.

Comment obtenir les fils RSS des Nouvelles du Kayak de Mer dans le Nouveau Monde?

Vous devez tout d'abord installer un agrégateur sur votre ordinateur ou créer un compte à l'intérieur d'un agrégateur web. Pour recevoir le fil du blogue de KMNM, cliquez sur l'icône pour vous inscrire au fil en utilisant votre navigateur, iGoogle, MyYahoo ou Netvibes ou, pour utiliser un autre service de lecture de feed RSS, cliquez sur le lien ci-dessous avec le bouton droit de vous souris, sélectionnez « Copier » dans le menu et ensuite collez (en cliquant sur « Coller » dans le menu) le lien dans l'agrégateur que vous aurez choisi. Les utilisateurs Macintosh, quant à eux, doivent faire « ctrl+clic » et choisir « Copier le lien ».

Après avoir autorisé l'inscription, vous n'aurez qu'à consulter votre agrégateur pour lire les dernieres nouvelles du Monde du Kayak de mer.

Quelle est la différence entre les fils de nouvelles RSS et la baladodiffusion?

Le fil RSS n'envoie que des contenus texte alors qu'il est possible d'obtenir des contenus audio et vidéo en baladodiffusion.