Bye-bye baleines bleues?
Jean-François Cliche - Le Soleil - Soumis le 14 Octobre 2009, 13:42
(Québec) La baleine bleue, le plus grand animal vivant sur Terre, est-elle en train de quitter le Saint-Laurent? Dans l'archipel de Mingan, en tout cas, la tendance est très nette. Et si, comme le soupçonne une jeune biologiste, il existe bien un lien (si surprenant soit-il) avec la chute des stocks de morues, il est possible que le phénomène soit plus large.

Dans les années 80, on pouvait compter jusqu'à une vingtaine de ces géants chaque année dans les environs de Mingan, mais leur présence y est devenue rare, a indiqué Sophie Comtois, mardi, lors du congrès de la Société de biologie des mammifères marins, qui a lieu à Québec cette semaine. La raison de ce départ est assez bien établie?: le krill, dont les baleines bleues se nourrissent, est beaucoup moins abondant qu'avant dans le golfe.

Jusqu'à récemment, on croyait qu'un refroidissement de la température de l'eau aux profondeurs où le krill se tient, survenu dans les années 90, était responsable de ses malheurs - et il est bien possible qu'une partie de l'explication soit là, dit Mme Comtois. Mais ces eaux se sont réchauffées dans les années 2000 sans que la population de ces petits crustacés ne se remette à croître, poursuit-elle.

Dans son mémoire de maîtrise déposé à l'Université du Québec à Rimouski, Mme Comtois a donc exploré une nouvelle cause, très médiatisée mais plus indirecte : la chute des stocks de morues et de sébastes dans le golfe. «La morue, dit-elle, c'était le poisson du Saint-Laurent, c'était l'espèce la plus abondante, et tout à coup il n'y en a plus beaucoup.» De plus, non seulement leur nombre a-t-il diminué, mais ce sont surtout les plus gros individus qui sont pêchés, ce qui a réduit pour la peine la taille moyenne de l'espèce.

Morues trop petites

Or, les grandes morues étaient des prédateurs très importants de nombreuses espèces de «poissons fourrage», comme les appellent les biologistes. Les morues restantes étant moins nombreuses et souvent trop petites pour consommer ces espèces, celles-ci en profitent maintenant pour proliférer - c'est du moins ce que suggèrent des études sur les populations de capelans et de harengs, précise Mme Comtois. Et comme ces petits poissons ont toujours été d'avides consommateurs de krills, cela mène notre chercheuse à croire que le départ des baleines bleues pourrait s'expliquer par la compétition alimentaire accrue qu'elles doivent maintenant affronter dans le golfe.

D'ailleurs, signale-t-elle, le nombre de baleines à bosse, une espèce friande de petits poissons, a sensiblement augmenté au cours de la même période.

Il est «difficile de dire» si la quasi-disparition des baleines bleues constatée à Mingan affecte l'ensemble du golfe, nuance Mme Comtois. Dans l'estuaire, à l'embouchure du Saguenay, des courants marins spéciaux charrient d'immenses quantités de krill qui attirent encore des baleines bleues, mais même là-bas, leur nombre semble avoir diminué récemment.

Source: http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/environnement/200910/13/01-911000-bye-bye-b...
Soumis par: Stéphane
Catégorie: Faune et flore
Lectures: 1253




Lien vers cette nouvelle: http://nouvelles.kayakdemer.net/?fct=vn&no=200

M'abonner aux nouvelles via RSS 2.0
Qu'est-ce que le RSS ?

Qu'est-ce que le RSS

Le RSS est l'acronyme de Really Simple Syndication et signifie en français « souscription vraiment simple ». Il est une variante du langage de programmation XML et permet aux internautes de s'inscrire à un ou plusieurs fils de syndication à l'aide d'un agrégateur. Ce système vous permet de retrouver en un seul lieu, dans votre agrégateur, tout le contenu qui vous intéresse, peu importe sa provenance. Ainsi, il vous est possible de consulter rapidement tout le contenu de votre choix sans pour cela devoir naviguer de site en site. Le flux RSS est généré régulièrement pour vous permettre d'être à jour dans les sujets qui vous intéressent.

Comment utiliser le RSS?

Le format RSS ne peut être interprété que par un agrégateur de contenu (rss aggregator, news reader ou news feeder). Il s'agit d'un logiciel que vous installez sur votre ordinateur et qui recueille automatiquement les dernieres nouvelles du monde du Kayak de Mer en format RSS.

À la suite d'une requête du logiciel sur l'internet, les nouvelles se retrouveront localement sur votre ordinateur. Il existe également bon nombre d'agrégateurs web qui vous offrent une gestion virtuelle à l'intérieur d'un compte utilisateur. Plusieurs agrégateurs sont offerts gratuitement sur l'internet, vous n'avez qu'à inscrire « rss aggregator », « news reader » ou « news feeder » dans votre moteur de recherche favori pour trouver l'agrégateur qui vous convient. Voici quelques exemples d'agrégateurs. Comme le résultat varie en fonction du système d'exploitation utilisé, renseignez-vous avant de choisir un lecteur.

Quel agrégateur puis-je utiliser?

Pour plus d'information à ce sujet, veuillez consulter Wikipédia à http://fr.wikipedia.org/wiki/Agrégateur.

Comment obtenir les fils RSS des Nouvelles du Kayak de Mer dans le Nouveau Monde?

Vous devez tout d'abord installer un agrégateur sur votre ordinateur ou créer un compte à l'intérieur d'un agrégateur web. Pour recevoir le fil du blogue de KMNM, cliquez sur l'icône pour vous inscrire au fil en utilisant votre navigateur, iGoogle, MyYahoo ou Netvibes ou, pour utiliser un autre service de lecture de feed RSS, cliquez sur le lien ci-dessous avec le bouton droit de vous souris, sélectionnez « Copier » dans le menu et ensuite collez (en cliquant sur « Coller » dans le menu) le lien dans l'agrégateur que vous aurez choisi. Les utilisateurs Macintosh, quant à eux, doivent faire « ctrl+clic » et choisir « Copier le lien ».

Après avoir autorisé l'inscription, vous n'aurez qu'à consulter votre agrégateur pour lire les dernieres nouvelles du Monde du Kayak de mer.

Quelle est la différence entre les fils de nouvelles RSS et la baladodiffusion?

Le fil RSS n'envoie que des contenus texte alors qu'il est possible d'obtenir des contenus audio et vidéo en baladodiffusion.